Logo Exeis Conseils
Logo Exeis Conseils
Article

Responsabilité Sociale et Environnementale dans les mutuelles d’assurance : une application évidente des valeurs mutualistes ?

Août 2020
Temps de lecture : 5 min

Les assureurs ont été souvent pointés du doigt pour leur manque de soutien aux entrepreneurs touchés par la crise du COVID-19. Pourtant, la plupart de ces entreprises revendiquent une forte responsabilité sociale et environnementale. C’est particulièrement le cas chez les assureurs mutualistes qui n’ont pas d’actionnaire à rétribuer et dont la gouvernance est partagée avec leurs assurés.

Comment ces assureurs abordent-ils leur RSE (Responsabilité Sociale et Environnementale) ? Prenons pour exemples le Groupe VYV et la MAIF. Ces deux mutuelles affichent de grandes ambitions dans ce domaine, mais suivent des stratégies assez différentes.

RSE mutuelles d'assurance

Les fondements : l’assurance mutualiste

Régies par l’historique Code de la mutualité, les mutuelles d’assurance ont par nature une vocation sociale et solidaire. Elles ne recherchent pas le profit et ne distribuent pas de dividendes. Leur gouvernance s’appuie sur des administrateurs élus par des représentants des assurés. Dans le prolongement de cet engagement mutualiste, les assureurs ont très tôt développé un modèle social interne soucieux du bien-être et de l’épanouissement des salariés.

La MAIF met particulièrement en avant son ADN militant, autour d’un récit des « 80 ans d’engagement » de la mutuelle. La MAIF a créé dès 1996 son premier Code d’Ethique montrant sa volonté de placer la responsabilité environnementale et sociale au cœur de la stratégie et de l’organisation. En l’an 2000 la mutuelle s’est dotée de son slogan « l’assureur militant » et en 2019 la MAIF a été la première à se déclarer « entreprise à mission ».

De son côté, si le groupe VYV est une entité beaucoup plus récente, il intègre naturellement les valeurs mutualistes de ses principales enseignes MGEN, Harmonie Mutuelle ou MNT. Depuis plusieurs décennies, leur engagement social est porté par des fondations et du mécénat. Ainsi la Fondation MGEN intervient depuis 20 ans sur la recherche en santé publique, tandis que la Fondation d’entreprise Harmonie Mutuelle accompagne des projets en faveur de l’inclusion sociale de jeunes.        

La tendance : la RSE au cœur du modèle de développement

En l’absence de cotation sur les marchés boursiers, ces assureurs ne sont pas soumis à la publication d’un reporting extra-financier (cf loi Grenelle II de 2012). Mais nous l’avons vu, les mutuelles n’ont pas attendu le législateur pour s’engager et adresser les enjeux ESG - Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance. Ce positionnement a pris une dimension nouvelle à l’épreuve de la crise sanitaire de ces derniers mois. Alors que les assureurs ont été pointés du doigt pour leur manque de soutien aux entreprises touchées par la crise COVID19, la MAIF fut la première à annoncer une baisse de ses cotisations sur l‘auto en 2020. Harmonie Mutuelle a quant-à-elle annoncé un plan d’aide de 150 millions d’euros au bénéfice de ses adhérents professionnels comme particuliers. Cette situation extrême a permis de prendre la vraie mesure de l’engagement des entreprises dans leur démarche RSE.

Un autre axe de l’engagement des assureurs concerne la prévention des risques et l’éducation, deux sujets sur lesquels les mutuelles investissent fortement. Certes, on peut y voir un intérêt économique à long terme avec une diminution du nombre de sinistres, mais il s’agit surtout de démontrer leur capacité à protéger leurs sociétaires et les accompagner dans leur vie quotidienne ou leur activité professionnelle.

Enfin, comme dans les autres secteurs d’activité, la tendance est à une intégration de plus en forte des enjeux ESG au cœur même du métier des assureurs. Les offres IARD deviennent responsables et prennent en compte l’impact écologique ou social : en auto, l’usage d’une voiture électrique est récompensé. Dans l’univers habitation, la réparation est privilégiée à l’achat. Les sources d’énergie renouvelable sont couvertes, tout comme le covoiturage. Les situations de handicap sont prises en compte et traitées spécifiquement, etc. Dans les mutuelles santé et prévoyance du Groupe VYV, on privilégie naturellement la dimension sociale des offres et services, au bénéfice des populations les plus fragiles : assurés en situation de handicap, bénéficiaires de la couverture maladie universelle (CMU), etc.

Le modèle : fonction RSE ou RSE intégrée ?

Avant même qu’elle se nomme ainsi, la Responsabilité Sociale et Environnementale était déjà au cœur des préoccupations des mutuelles d’assurance telles que la MAIF ou le groupe VYV. Néanmoins, à travers ces deux exemples d’entreprises engagées, on note deux approches assez distinctes : 

  • Il y a d’une part la RSE conçue et organisée comme une fonction de l’entreprise. Dotée de ses propres moyens, de plus en plus conséquents au fil des années, elle développe ses projets en cohérence avec la stratégie de l’entreprise. Cette organisation permet une grande efficacité et surtout des effets réels et tangibles. Dans cette approche, la « fonction RSE » dispose de canaux de communication dédiés, en interne comme en externe, et dont le principal objectif est de démontrer les résultats obtenus. Il s’agit du modèle privilégié par le Groupe VYV avec notamment la mise en œuvre d’une Direction Développement Durable Groupe en 2018 qui assure la coordination entre les équipes RSE des différentes mutuelles du groupe.
  • L’autre modèle est celui de la « RSE intégrée », illustré par l’exemple de la MAIF. Certes, la mutuelle a mis en place un pilotage transverse de la RSE, avec notamment la désignation d’un « Chief Mission Officer ». Mais dans ce modèle, la RSE est présente et se développe au sein même de toutes les activités et toutes les fonctions de l’entreprise. Grâce à une culture mutualiste très forte et historiquement portée par des valeurs de responsabilité, la MAIF assume et décline ses engagements de manière naturelle. Elle n’est pas une déclinaison de la stratégie d’entreprise, elle constitue la stratégie de l’entreprise, y compris dans son cœur de métier. Cette démarche est parfaitement illustrée par l’adoption de nouveaux statuts d’entreprise à mission en 2020. Dans ce modèle, la RSE est une composante très forte de l’image de marque de l’entreprise, au risque de devenir clivante.

En conclusion…

Les assureurs, et notamment les mutuelles, sont par nature et par conviction des entreprises très engagées sur les enjeux ESG - Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance. A travers les exemples de la MAIF et du Groupe VYV, nous constatons qu’il y a bien des moyens alloués et des actes concrets derrière les nombreuses annonces sur ce sujet. Historiquement les assureurs mutualistes ont toujours été très engagés dans les domaines de la RH et de la prévention. Désormais, ils développent également leur responsabilité sociale et environnementale jusqu’au cœur de leurs offres d’assurance. Si nous pouvons distinguer deux approches stratégiques différentes, nous observons finalement une volonté commune de privilégier la solidarité à l’individualisme, et de générer du progrès plutôt que du profit, en cohérence avec les valeurs historiques de l’assurance mutualiste.

A propos de l'auteur :
antoine moyon
Antoine MOYON
Manager
18 ans d'expérience dans le pilotage et la maîtrise d'ouvrage de projets de pilotage de transformation SI. Antoine est notamment intervenu 10 ans dans le secteur de l'assurance IARD, sur des projets de refonte d'offres Auto ou MRH. Au sein d'EXEIS Conseil, il est responsable de la RSE.
Envoyer un message à

* champs obligatoires

Les informations recueillies sont nécessaires au traitement de votre demande. Pour plus d’informations, consultez nos mentions légales, rubrique " Gestion des données personnelles".