Article

Méthodes agiles et méthodes traditionnelles : faut-il choisir ? Pas forcément

mai 2020 | Temps de lecture : 4 min

Si la méthode agile se révèle efficace dans de nombreux cas, elle peut aussi être source de conflits voire même d’échecs si elle est mal comprise ou mal utilisée. Elle est souvent mise en concurrence avec des méthodes projets dites « traditionnelles ». En pratique c’est souvent le Juste MIX® de ces différentes méthodes qui vous donnera les clés de la réussite de vos projets. EXEIS Conseil vous partage son point de vue et un conseil : utiliser le meilleur de chaque méthode en fonction des besoins de votre projet. 

 

Agilité ou Cycle en V

 

La méthode agile, une gestion de projets centrée sur le besoin client …

 

 

Si la notion d’agilité remonte aux années 90 (voire avant pour certains spécialistes), c’est en 2001 que 17 experts informatiques vont créer et formaliser les fondements de la méthode agile à travers le manifeste agile. Ils rédigent alors 4 valeurs et 12 principes reflétant une philosophie plus qu’une méthode.

 

 

Ces principes mettent en avant l’importance des échanges humains, de l’adaptation au changement, de faire les choses le plus simplement possible, plutôt que d’être dans des processus complexes avec aucune flexibilité (processus, documentation, contrats). Au-delà des aspects méthodologiques, l’essence même de l’agilité est donc de proposer des produits et des services répondant avant tout à un besoin client et donc d’adopter comme leitmotiv une vision « User Centric ».

 

 

… souvent mise en opposition des méthodes traditionnelles plus rigides

 

 

PRINCE 2, PMI, cycle en V… les méthodes traditionnelles de gestion de projet sont utilisées depuis de nombreuses années. On leur reproche régulièrement un « effet tunnel » qui éloigne le client de la solution finie pendant la durée d’un projet. Par ailleurs, ces méthodes sont connues pour leur séquencement strict (spécifications / développements / tests) impliquant de la rigidité dans le périmètre des projets. Il devient alors difficile de faire face aux évolutions des besoins.

 

 

La méthode cycle en V (une des méthodes traditionnelles la plus connue) est encore beaucoup utilisée et demeure un outil efficace pour la gestion des projets de transformation. Si son séquencement strict est une contrainte, il porte aussi l’avantage de donner de la visibilité à toutes les parties prenantes en cadençant le projet avec des jalons forts. 

 

 

Être agile ne signifie pas être scrum

 

 

Principalement utilisée par les développeurs de logiciels dans un premier temps, l’agilité est en rupture avec les méthodologies existantes. Elle est alors déclinée en de nombreux frameworks et méthodes. Le plus connu étant le framework scrum avec les termes que l’on utilise désormais fréquemment dans les entreprises : product owner, scrum master, product backlog, etc. Ce framework a fait ses preuves : il est aujourd’hui appliqué dans de nombreuses entreprises et est notamment bien adapté pour les projets informatiques

 

 

Vous l’aurez compris, scrum est une des applications des principes de l’agilité. Il en existe de nombreuses autres (Kanban, XP, SAFE, RAD etc). Être agile ne signifie donc pas appliquer le framework scrum bien qu’on puisse s’en inspirer pour mettre en place certaines pratiques (daily meeting par exemple). Finalement, être agile c’est respecter une philosophie en mettant en place des bonnes pratiques adaptées à chacun et selon sa culture, en appliquant les outils les plus adaptés à notre besoin.

 


 

L’application d’une méthode traditionnelle n’est pas incompatible avec l’application d’une méthode agile

 

 

Au sein de chaque phase d’un projet on pourra laisser des équipes distinctes s’organiser comme elles le souhaitent, tant qu’elles respectent les jalons communs. Par exemple, une équipe pourra délivrer une partie de la solution en utilisant le framework scrum pendant que l’autre fonctionne différemment. Ils assembleront ensuite leurs productions respectives lors d’une phase commune. On notera tout de même qu’il semble difficile d’appliquer des méthodes différentes au sein d’une même équipe de mise en œuvre (équipe de développeurs informatiques par exemple).

 


 

Le Juste MIX® de ces différentes méthodes vous donnera les clés de la réussite de vos projets : le principe de la boîte à outils

 

 

Pour conclure, il n’est pas nécessaire de choisir une méthode plutôt qu’une autre. Si dans certains cas l’application stricte de l’une d’entre elles est plus efficace, il faut le plus souvent les voir comme des boîtes à outils : management visuel, daily meeting, implication du client, etc. On peut alors adapter sa méthode en fonction de ses besoins, en utilisant des outils issus des méthodes traditionnelles et/ou agiles. Comme l’illustre la pyramide agile publiée par MyAgile Partner, inutile d’appliquer des méthodes pour être agile : en voulant améliorer et optimiser votre façon de travailler, vous l’êtes déjà ! 

 

 

Pyramide Agile My Agile Partner

 

À propos des auteurs
Valentin LAMOUREUX Consultant chez EXEIS Conseil
Valentin LAMOUREUX CONSULTANT SENIOR
Contacter Valentin
Envoyer un message à Valentin LAMOUREUX

Ingénieur généraliste et certifié Product Owner, Valentin intervient depuis 5 ans sur des missions opérationnelles d'accompagnement de Directions Générales et DSI pour la direction de projets / programmes de transformation, notamment dans le secteur du retail.

Gwenvael LE TALLEC Consultant Confirmé EXEIS Conseil
Gwenvael LE TALLEC CONSULTANT CONFIRME
Contacter Gwenvael
Envoyer un message à Gwenvael LE TALLEC

Issu d’une double formation Commerciale et Ingénieur Informatique, Gwenvael maîtrise aussi bien les enjeux métiers que SI. Il a acquis des compétences principalement liées au pilotage d’activités, ainsi qu’à la conduite du changement dans des contextes agiles, agiles à l’échelle et traditionnels.