Article

Comment gagner en agilité et en résilience grâce à la relocalisation industrielle (1/3) ? La relocalisation industrielle : un phénomène amorcé depuis une dizaine d'années qui tend à s'accélérer avec la crise sanitaire ?

septembre 2020 | Temps de lecture : 3 min

Après des décennies de délocalisation, un mouvement de relocalisation industrielle prend aujourd’hui de l’ampleur sur le sol français, sous l’impulsion de politiques publiques incitatives et d’une mutation de la demande. La crise sanitaire va-t-elle accélérer significativement cette tendance ? Certaines industries stratégiques devront retravailler leurs chaînes d’approvisionnement pour gagner en réactivité en cas d’augmentation soudaine de la demande. Dans cette optique, une partie de leur production pourrait être relocalisée. Néanmoins, un mouvement de relocalisation massif du secteur industriel français n’est pas attendu.

La relocalisation industrielle, un gain d'agilité et de résilience

Une tendance portée à la fois par une évolution des politiques publiques et de la demande émanant des entreprises et des consommateurs

 

Depuis avril 2019 et l’annonce de son lancement par le Président de la République, la relocalisation industrielle est l’une des orientations majeures du Pacte Productif pour le plein emploi et l’accélération de la transition environnementale de l’économie. Elle répond pleinement aux 3 objectifs du Pacte, à savoir :

 

 

Les objectifs du Pacte Productif

 

 

En parallèle de ces politiques publiques incitatives, les relocalisations industrielles sont impulsées par une évolution de la demande des entreprises. Aujourd’hui, les attentes au regard des délais de livraison et de la spécification des produits ne cessent de croître. Grâce à ses ressources technologiques, l’industrie française est particulièrement compétitive sur la production en petite série à destination de marchés localisés.

 

De la même manière, concernant les produits de grande consommation, les consommateurs attendent davantage de transparence sur la provenance de ce qu’ils achètent. Ils sont sensibles à l’empreinte carbone de leurs achats et la tendance à l’achat « made in France » est croissante.

 

 

La crise sanitaire, d’une ampleur inédite, a mis en avant la nécessité pour certaines entreprises d’initier ou d’accélérer leur transformation

 

Les conséquences économiques de la crise sanitaire liée au Covid-19 se dessinent peu à peu dans le secteur industriel. Les entreprises, pour assurer la pérennité de leur activité, seront donc amenées à se transformer. 4 typologies de transformations, en fonction de la situation économique de l’entreprise, peuvent être distinguées :

 

 

Les 4 typologies de transformations induites par la crise sanitaire du covid-19

 

 

Mouvement de relocalisation massif ou réorganisation de la géographie des approvisionnements ?

 

La crise sanitaire a mis en avant des problématiques en lien avec la géographie des approvisionnements : ruptures, défauts de conformité, retards etc. Certaines chaînes d’approvisionnement sont en effet pensées pour répondre à l’impératif de gestion des coûts, mais pas à celui de sécurité de l’approvisionnement. 

 

L’Etat, comme les organismes privés, a donc entamé des démarches de diversification des sources d’approvisionnement en faisant appel à différents fournisseurs, localisés à la fois en France et dans le reste du monde.

 

A l’avenir, les relocalisations seront la conséquence de ces stratégies fortes de diversification des sources d’approvisionnement. Afin d’anticiper les relocalisations, il convient de travailler sur la géographie des approvisionnements et de prévoir les besoins éventuels des entreprises. Cela peut consister par exemple, pour une PME, à identifier les autres fournisseurs avec lesquels ses clients travaillent.

 

 

Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter les auteurs de cet article.

À propos des auteurs
Michaël CHANIOT - Manager chez EXEIS Conseil
Michaël CHANIOT MANAGER
Contacter Michaël
Envoyer un message à Michaël CHANIOT

Disposant de 13 ans d’expérience dans le Conseil, Michaël a développé de solides compétences dans la transformation digitale en milieu industriel et logistique. Il intervient aussi bien sur les phases amont (cadrage stratégique, étude de faisabilité) que sur la mise en œuvre des projets de transformation (accompagnement métier et SI, aide au choix et conduite du changement). 

Clémentine KROMWELL Consultante chez EXEIS Conseil
Clémentine KROMWELL CONSULTANTE SENIOR
Contacter Clémentine
Envoyer un message à Clémentine KROMWELL

Clémentine a rejoint EXEIS Conseil en 2017 et est intervenue au sein de différents projets de migrations SI dans le domaine de la distribution.

Claire CAILLEMER Consultante chez EXEIS Conseil
Claire CAILLEMER CONSULTANTE CONFIRMEE
Contacter Claire
Envoyer un message à Claire CAILLEMER

Issue d’un double cursus en management des organisations et droit des affaires, Claire mobilise ses compétences dans des projets de transformation organisationnelle et d’accompagnement au changement, notamment dans les secteurs de l’industrie et de la distribution.